Royaume_diary

Royaume_Travel_Diary


Texte  Cosima Weiter

Photographie Alexandre Simon

Leeds, 15 février 2013

 

 

 

IMG_2048

 

 

 

 

 

 

IMG_2027

 

 

 

 

 

IMG_2001

 

 

 

 

 

 

 



 

Bradford, 16 fevrier 2013

 

 

 

 

 

IMG_2174

 

 

 

 

 

 

IMG_2225

 

 

 

 

 

 

IMG_2222

 

 

 

 

 

 

IMG_2212

 

 

 

 

 

 


Manchester, 18 février 2016

 

 

 

 

 

 

IMG_2546

 

 

 

 

 

 

IMG_2540

 

 

 

 

 

 


 

Londres, 20 février 2013

 

 

 

 

 

 

P1010358

 

 

 

 

 

 

P1010360

 

 

 

 

 

 

P1010350

 

 

 

 

 

 


Londres, 4 juillet 2013

 

 

 

 

 

 

IMG_5593

 

 

 

 

 

 

IMG_5609

 

 

 

 

 

 

IMG_5613

 

 

 

 

 

 

IMG_5625

 

 

 

 

 

 

IMG_5660

 

 

 

 

 

 

IMG_5667

 

 

 

 

 

 

IMG_5684

 

 

 

 

 

 


 

Londres, 5 juillet 2013

 

 

 

 

 

 

IMG_5712

 

 

 

 

 

 

IMG_5728

 

 

 

 

 

 

IMG_5742

 

 

 

 

 

 

IMG_5770

 

 

 

 

 

 


Londres_6 juillet 2013

 

 

 

 

 

 

IMG_5798

 

 

 

 

 

 

IMG_5826

 

 

 

 

 

 

IMG_5858

 

 

 

 

 

 

IMG_5886

 

 

 

 

 

 


Manchester, 22 octobre 2013

 

 

 

 

 

IMG_6688

 

 

 

 

 

 

IMG_6679

 

 

 

 

 

 

IMG_6698

 

 

 

 

 

 

IMG_6713

 

 

 

 

 

 


 

 

 

Liverpool-Mancester, 23 octobre 2013

 

 

 

 

 

 

IMG_6743

 

 

 

 

 

 

IMG_6761

 

 

 

 

 

IMG_6773

 

 

 

 

 

 

IMG_6791

 

 

 

 

 

 

 


 

Manchester, 24 octobre 2013

 

 

 

 

 

 

IMG_6860

 

 

 

 

 

 

IMG_6873

 

 

 

 

 


Manchester, 25 octobre 2013

 

 

 

 

 

 

IMG_6884

 

 

 

 

 

 

IMG_6888

 

 

 

 

 

 

IMG_6894

 

 

 

 

 

 

IMG_6899

 

 

 

 

 

 

IMG_6923

 

 

 

 

 

 

IMG_6924

 

 

 

 

 

 

IMG_6953

 

 

 

 

 

 

IMG_6956

 

 

 

 

 

 

IMG_6962

 

 

 

 

 

 

IMG_6975

 

 

 

 

 

 

IMG_6983

 

 

 

 

 

 


 

 

Londres, 3 juillet 2015

 

 

 

 

 

 

9647

 

 

 

 

 

 

9657

 

 

 

 

 

 

9658

 

 

 

 

 

 

9663

 

 

 

 

 

 

9702

 

 

 

 

 


Londres, 4 juillet 2015

 

 

 

 

 

 

9969

 

 

 

 

 

 


Londres, 5 juillet 2015

 

 

 

 

 

 

0280

 

 

 

 

 

 

0308

 

 

 

 

 

 

0226

 

 

 

 

 

 

0261

 

 

 

 

 

0255

 

 

 

 

 

 

0355

 

 

 

 

 

 

0387

 

 

 

 

 

 

0307

 

 

 

 

 

 

0469

 

 

 

 

 

 

0470

 

 

 

 

 

 

0485-1

 

 

 

 

 

 

0512

 

 

 

 

 

 

 


 

Liverpool, 6 juillet 2015

 

 

 

 

 

 

6015

 

 

 

 

 

 

0621

 

 

 

 

 

 

0638

 

 

 

 

 

 

0651

 

 

 

 

 

 

0712

 

 

 

 

 

 

 


 

Liverpool, 7 juillet 2015

 

 

 

 

 

 

0774

 

 

 

 

 

 

 

 

0771

 

 

 

 

 

 

0728

 

 

 

 

 

 

0805

 

 

 

 

 

 

0819

 

 

 

 

 

 


Liverpool - Blackpool, 8 juillet 2015

 

 

 

 

 

 

0853

 

 

 

 

 

 

0893

 

 

 

 

 

 

0902

 

 

 

 

 

 

 

0910

 

 

 

 

 

 

0920

 

 

 

 

 

 

0929

 

 

 

 

 

0970

 

 

 

 

 

 

0976

 

 

 

 

 

 

0979

 

 

 

 

 

 

0991

 

 

 

 

 

 

0996

 

 

 

 

 

 

1007

 

 

 

 

 

 

1020

 

 

 

 

 

 

1026

 

 

 

 

 

 

1041

 

 

 

 

 

 

1035

 

 

 

 

 

 

1067

 

 

 

 

 

 


Manchester, 9 juillet 2015

 

 

 

 

 

 

1129

 

 

 

 

 

 

1122

 

 

 

 

 

 


Sheffield, 10 juillet 2015

 

 

 

 

 

 

1176

 

 

 

 

 

 

1183

 

 

 

 

 

 

1202

 

 

 

 

 

 

1277

 

 

 

 

 

 

1288

 

 

 

 

 

 

1297

 

 

 

 

 

 

1326

 

 

 

 

 

 

1339

 

 

 

 

 

 

1341

 

 

 

 

 

 

1364

 

 

 

 

 

 

1451

 

 

 

 

 

 

1488

 

 

 

 

 

 

1591

 

 

 

 

 

 


Sheffield, 11 juillet 2015

 

 

 

 

 

 

1637

 

 

 

 

 

 

1660

 

 

 

 

 

 

1661

 

 

 

 

 

 

1689

 

 

 

 

 

 

1698

 

 

 

 

 

 

1693

 

 

 

 

 

 

1715

 

 

 

 

 

 

1722

 

 

 

 

 

 

1729

 

 

 

 

 

 


London, 12 juillet 2015

 

 

 

 

 

 

1760

 

 

 

 

 

 

1781

 

 

 

 

 

 

1775

 

 

 

 

 

 


Londres, 7 juillet 2013

 

 

 

 

 

 

IMG_5788

 

 

 

 

 

 


 

Leeds, 26 décembre 2015

 

 

 

 

 

 

IMG_4299

 

 

 

 

 

 

IMG_4311

 

 

 

 

 

Nous quittons Genève sous le soleil, peinant à croire que nous sommes au lendemain de Noël. Après un peu plus d’une heure de vol, à l’approche de Leeds, alors que l’avion perd de l’altitude pour atterrir, nous sommes secoués par des trous d’air et des coups de vent violents. C’est la tempête après les pluies diluviennes qui ont provoqué d’importantes inondations. L’eau miroite sous le ciel changeant. Les cimes des arbres se dressent au-dessus des étangs. Les routes ne mènent nulle part, plongent sous la surface de l'eau.        

 

A l’aéroport, les voyageurs n’ont que le mot floods à la bouche. Le chauffeur du bus qui doit nous conduire à Leeds n’a pas l’air pressé de reprendre la route. De fait, les voies encore carrossables sont très embouteillées. Il faut s’armer de patience pour espérer avancer. Je m’endors un moment. A mon réveil l’eau entre dans le bus par la porte avant. La route est une rivière dans laquelle les autos semblent barboter, trempant dans l’eau jusqu’en haut des roues. Je m’étonne qu’elles roulent encore. Heureusement notre arrêt est situé sur une hauteur, nous descendons du bus sans prendre de bain de pieds et l’hôtel est situé tout en haut de la colline, sur Cardigan Road, le chemin paraît infini chargés comme nous le sommes. Mais je me sens plus soulagée à chaque pas de m’élever au-dessus du niveau de l’eau.    

 

Depuis le départ du projet, j’imagine de l’eau sur le plateau, et nous arrivons à Leeds alors que l’eau est partout. Présence obsédante, qui redéfinit l’espace, limite les déplacements, modifie les parcours possibles dans la ville.  A l’hôtel, nous attend un message de Wolfie, il nous donne le contact d’un ami d’ami qui s’occupe d’un lieu associatif les Wharf Chambers. Nous irons demain.

 

 

 

 

 


 

Leeds, 27 décembre 2015

 

 

 

 

 

 

IMG_4331

 

 

 

 

 

 

IMG_4354

 

 

 

 

 

 

IMG_4423

 

 

 

 

 

 

IMG_4436

 

 

 

 

 

 

IMG_4456

 

 

 

 

Petit déjeuner à l’hôtel : deux œufs, deux saucisses, deux morceaux de bacon, des haricots blancs à la tomate, des champignons, toasts à volonté, céréales pour les amateurs, jus d’orange, thé et café à gogo. Nous voilà lestés pour la journée. Tout cela pour la modique somme de 4 livres, soit 6 francs. Parfait pour les voyageurs désargentés que nous sommes.

 

Bus pour Leeds. Depuis la gare, nous descendons vers l’Aire. L’eau est encore très haute. Des arbres de la berges ne dépassent que les ramures. Du pont, les gens considèrent la situation en silence, tandis qu’un soleil printanier brille sur la ville. Malheureusement les Wharf Chambers sont fermées pour les vacances de Noël, rien à espérer de ce côté-là aujourd’hui. Nous errons dans les rues, slalomant entre les flaques, d’eau et de boue, à la recherche d’un tea room où nous réchauffer. Il n’y en a guère par ici, nous finissons dans un pub.

 

Nous montons finalement dans un bus en partance pour la banlieue est, simplement pour voir à quoi cela ressemble. Le soir tombe vite, la pluie aussi… Nous nous retrouvons sur le parking d’un supermarché Tesco. Heureusement la gare n’est pas loin. Nous rentrons à Leeds en train de banlieue.

 

 

 

 

 

 


 

Leeds-Sheffield, 28 décembre 2015

 

 

 

 

 

 

IMG_4513

 

 

 

 

 

 

IMG_4555

 

 

 

 

 

 

IMG_4715

 

 

 

 

 

 

IMG_4611

 

 

 

 

 

 

IMG_4615

 

 

 

 

 

 

IMG_4627

 

 

 

 

 

 

IMG_4638

 

 

 

 

 

 

IMG_4546

 

 

 

 

 

 

IMG_4706

 

 

 

 

 

 

IMG_4740

 

 

 

 

 

Nous quittons Leeds un peu frustrés : les démarches entreprises pour rencontrer des gens n’ont pas porté de fruit. Pas assez de temps, sans doute, et la période de Noël n’est peut-être pas propice à ce genre d’exercice. Cependant nos longues marches nous ont permis de découvrir un paysage dont nous n’avions pas idée. Des rues infinies aux maisonnettes serrées les unes contre les autres. Châteaux miniatures tous identiques.  Des manoirs environnés d’arbres secoués par le vent auxquels les éclairages publics orangés donnent des allures « gothiques » la nuit venue. Les fantômes, les vampires ne sont pas loin.
 
Nous partons pour Sheffield à bord d’un bus National Express, moyen économique de circuler d’une ville à l’autre en  Angleterre. En règle générale, les bus sont confortables et les voyages agréables pour qui aime contempler le paysage. Mais la route de Leeds à Sheffield est particulièrement tortueuse. Nous sommes brinquebalés, secoués jusqu’à la nausée et arrivons à Sheffield épuisés, dans une ville plongée dans la nuit d’hiver.
 
 
 
 

 

IMG_4780

 

 

 

 

 

 

IMG_4783

 

 

 

 

 

 

IMG_4800

 

 

 

 

 

 

IMG_4775

 

 

 


 
 

Sheffield, 30 décembre 2015

 

 

 

 

 

 

IMG_4945

 

 

 

 

 

 

IMG_4963

 

 

 

 

 

 

IMG_4960

 

 

 

 

 

Mon mac n’acceptait plus de se connecter au wifi. Plutôt que de partir pour Meadowhall à l’extérieur de la ville pour confier ma machine aux bons soins de l’Apple Store, nous nous rendons chez Mac Repair. C’est dans la cour du Cooper Building, juste au-dessus de la gare. L’atelier déborde de machines et de machins, des ordinateurs plus ou moins démontés et démembrés, parmi lesquels la petite équipe travaille.

 

Le patron s’appelle Craig, il garde mon ordinateur pour le tester. Au pire il faudra changer la carte airport ce qui coûtera une centaine de livres. Quand je viens récupérer ma machine, Craig m’explique qu’il s’agissait seulement d’un problème de software, il a travaillé moins deux minutes et refuse d’être payé. Alexandre sort alors son mac dont la batterie ne fonctionne plus. Craig trouve une vieille batterie sur une carcasse d’ordinateur et la monte sur celui d’Alexandre. Pendant qu’il travaille nous causons. Il m’explique qu’il était le représentant Apple le plus important d’Europe. Puis Apple a décidé d’ouvrir un Apple Store à Sheffield. A ce moment là sa clientèle a fondu et il a tout perdu. Craig ne se laisse pas abattre facilement il s’est remonté comme indépendant et a même débauché des employés de l’Apple Store pour sa petite boîte. Je lui dis ce que nous faisons là. Je lui parle des changements rapides que la société anglaise  a connu ces trente dernières années. 

 

Concernant Sheffield, la Steel City est devenue une ville essentiellement tournée vers le tertiaire. Lui parle de lazyness, paresse puis se reprend. Il faut accepter l’idée que tout le monde n’est pas fait pour diriger, inventer. Tout le monde n’est pas doté de l’ esprit d’entreprise nécessaire pour cela. Les gens ont besoin qu’on leur donne une forme de sécurité et qu’on leur dise quoi faire… A part moi je me dis que nous sommes vraiment au pays du libéralisme et que même une victime du cynisme de Macintosh ne change pas facilement d’avis. Nous comptons bien lui payer le remplacement de la batterie, mais impossible de le faire fléchir encore une fois. Pour finir nous allons acheter une bouteille de champagne et retournons à son atelier pour la lui offrir.

 

 

Visite du Kelham Island Museum.

 
Un film documentaire donne la parole à celles qu’on a appelées les femmes d’acier de Sheffield. Ce sont elles qui sont allées travailler dans les aciéries pendant la Seconde Guerre Mondiale, pendant que les hommes étaient partis au front. La radio, les journaux claironnaient que la victoire dépendait d’elles. Certaines d’entre elles n’étaient que des adolescentes, qui n’avaient jamais travaillé auparavant. Elles avaient soudain un rôle important dans la société et ont alors eu l’impression d’accéder à une forme d’émancipation. Elles évoquent un travail sale, épuisant, mais elles étaient fières. L’une d’elle témoigne de l’engagement de ces femmes en racontant : on avait commencé à travailler à 8h00. A 9h00, la sirène a sonné pour prévenir qu’une attaque aérienne était en cours mais personne n’a bougé, on a continué de travailler. On allait aux abris uniquement lorsque l’électricité était coupée. C’est que nous étions toutes nécessaires.  
 
A la fin de la guerre, les hommes sont revenus. Ils avaient besoin de travail, et les femmes ont été renvoyées chez elles.
 
 
 
 

Sheffield, 29 décembre 2015

 

 

 

 

 

 

IMG_4844

 

 

 

 

 

 

IMG_4868

 

 

 

 

 

 

IMG_4874

 

 

 

 

 

 

Nous marchons vers Park Hill avec la question qui accompagne chacun de nos projets : comment créer le contact avec des personnes que nous pourrons interroger ? La porte close du bureau d’Urban Splash qui dirige les rénovations et transformations de la cité ne fournit aucun élément de réponse. J’avais pourtant vérifié les horaires d’ouverture sur le site de la compagnie immobilière.

 

Il n’importe. Nous visitons la cité, comme nous l’avions déjà fait cet été. Evaluons l’avancée des travaux. Le jardin d’enfants, seul service de l’ancienne cité encore ouvert l’été dernier a fermé. La nouvelle crèche flambant neuve est maintenant en activité dans la partie rénovée. Nous trouvons des seringues près d’un banc, signe que les cours de la cité abandonnée sont encore des lieux de rencontre. Alexandre tourne des images.

 

 

 

 

 

IMG_4850

 

 

 

 

 

 

IMG_4872

 

 

 

 

 

 

IMG_4881

 

 

 

 

 

 

IMG_4892

 

 

 

 

 

Le soir, Alexandre part assister à un concert, mais il est complet. Impossible d’entrer. Alexandre attend donc la suite en se promenant dans le quartier. Lorsque le public sort, toutes générations confondues, portant des tee-shirt de Motörhead, tandis que la sono diffuse Ace of spades à plein volume. Lemmy Kilmister, le fondateur de Motörhead est mort hier. On imagine mal chez nous des enfants porter ces tee-shirts, écouter cette musique. S’agirait-il d’un fait social propre au nord de l’Angleterre qui montre à quel point la musique a joué un rôle important dans ces régions ?

 

 

 

 


 

Londres, 1er janvier 2016

 

 

 

 

Repérages à la Balfron Tower, c’est ici qu’habite Wolfie, qui va nous aider à établir des contacts ici. Par hasard, il est aussi précisément en train de vivre une des formes de dépossession dont nous souhaitons parler dans Royaume. En effet, la Balfron Tower était jusqu’à aujourd’hui propriété de l’Etat et à ce titre proposait des logements sociaux. Mais la tour vient d’être privatisée, elle va être rénovée et les logements vont intégrer le marché, au prix dudit marché… Les habitants vont être mis dehors. La loi prévoit évidemment qu’ils seront relogés, mais dans les faits je ne suis pas convaincue que les choses se passent ainsi. Wolfie est très inquiet concernant ses chances de retrouver un logement. Il évoque même la possibilité de quitter Londres. Il n’est pas le seul. Apparemment beaucoup de gens, mais aussi des entreprises quittent la capitale pour aller s’établir dans des villes où les pressions économiques sont moindres et les loyers sont moins élevés.
 
Sur place, la Balfron Tower, œuvre de l’architecte Goldfinger est entourée de grilles qui en limitent les accès, alors même qu’elle est encore habitée. Elle a l’air passablement délabrée, tandis que les immeubles autour sont déjà rénovés, et les façades ornées de panneaux de bois clair. Des adolescents essaient les machines roulantes, les hoverboards qui semblent être le must have de noël cette année. Un couple de jeunes gens bien sous tous rapports entre dans la tour, un vieux type bien cabossé par la vie en sort. On peut y voir tout un symbole…
 
 
 
 

 

IMG_5135

 

 

 

 

 

 

IMG_5139

 

 

 

 

 

 

IMG_5143

  

 

 

 

 

 

 

IMG_5192

 

 

 

 

 

 

IMG_5174

 

 

 

 

 

 

IMG_5186

 

 

 

 

 

 

 

IMG_5189

 

 

 

 

 

 

IMG_5175

  

 

 

 

 

 

IMG_5218

 

 

 

 

 

 

IMG_5219

 

 

 

 

 

 

IMG_5245

 

 

 

 

 

 

IMG_5273

 

 

 

 

 

 

IMG_5305

 

 

 
 
 
 

Sheffield, 31 décembre 2016

 

 

 

 

 

 

IMG_5072

 

 

 

 

 

 

IMG_5059

 

 

 

 

 

 

IMG_5074

 

 

 

 

 

 

IMG_5012

 

 

 

 

 

 

IMG_5125

 

 

 

 

 

 

A l’hôtel je fais la connaissance de Siah, une jeune comorrienne venue s’installer à Sheffield après avoir un temps vécu à Paris. J’étais très seule, dit-elle, mais maintenant je connais plein de monde. C’est une jeune employée du Premier Inn, l’hôtel où nous avons pris nos quartiers. J’aimerais poursuivre la conversation mais la rencontre est brève, et naturellement coupée par ses occupations. J’aimerais notamment savoir si elle a le sentiment de bien gagner sa vie, si elle est bien logée, pourquoi elle est venue, si elle envisage de rester, comment elle perçoit la société anglaise, si elle la trouve plus dure ou plus accueillante que la France, ce qu’elle pense des services publics… Et pourquoi n’est elle pas à Londres puisque son ami y vit ?  

 

Il fait froid aujourd’hui à Sheffield. Le vent souffle en rafales. Dans la rue on relève le col de son manteau, baisse son bonnet sur ses oreilles, serre les mains au fond des poches. Nous prenons le bus pour Londres à quinze heures, le jour baisse déjà alors que nous traversons les infinies banlieues de Sheffield faites de maisons bâties en escaliers le long de routes en pente. Ces constructions de briques sont bien souvent pourvues de plusieurs étages. Au rez, la pièce à vivre, dotée d’un bow window donnant sur la rue, tandis que la cuisine donne sur une courette à l’arrière. Les chambres sont à l’étage, voire aux étages, ou même dans le sous-sol, aménagé à cet effet. Ces maisons semblent toutes identiques, souvent serrées les unes contre les autres, elles offrent des perspectives infinies, car les rues sont longues, à flanc de colline. Ces maisons si petites soient-elles se donnent des airs de châteaux. Chaque Anglais est monarque en son royaume, celui-ci fût-il un royaume de poche.  

 

Je me promets qu’arrivée à Londres, j’essaierai de mieux comprendre ce qu’implique la monarchie. Et comment elle s’inscrit dans la société.   Après quelque heures de route, dans la tempête et sous une pluie battante, sur les routes chargées du dernier de l’an nous voici à Londres. Je peine à rassembler mes souvenirs de la géographie de la ville. Nous errons un moment dans Victoria Station avant de retrouver la bouche de métro. Fait remarquable : le vendeur de tickets est incapable de nous indiquer le chemin à suivre pour nous y rendre… J’avais déjà été confrontée à cette parfaite ignorance de la géographie de Londres par ses habitants, mais elle me prend toujours au dépourvu. 

 

 

 

 

 


 

Londres, 3 janvier 2016

 

 

 

 

 

 

IMG_5327

 

 

 

 

 

 

IMG_5328

 

 

 

 

 

 

IMG_5361

 

 

 

 

 

 

IMG_5351

 

 

 

 

 

 

Je passe un moment à surfer sur internet pour chercher des informations  sur la monarchie anglaise. Ce n’est pas ce qui manque. Au départ je pioche au hasard. Je trouve des scènes où l’on voit la reine Elisabeth lire les lois qu’elle a signées. Son visage n’exprime aucune émotion. Sa distance et sa réserve me paraissent sans égales. Parmi toutes les images médiatiques que m’offre internet je tombe sur le regard perdu de Diana tandis qu’elle dit, quand j’avais 19 ans je croyais tout savoir de la vie, je pensais que je viendrais à bout de ce qui se présenterait. Maintenant je fais face, j’ai désepérément essayé de sauver mon mariage et j’ai deux enfants à élever. Lorsqu’elle est morte la famille royale n’a fait aucune déclaration et finalement un mémorial a été construit tout au fond des jardins de Buckingham.
 
Concernant la Balfron Tower, d’autres recherches faites sur internet révèlent qu’une pétition a été lancée pour tenter d’infléchir le cours des événements : seules 19 personnes l’ont signée. Alors que le nombre d’habitants concernés est bien supérieur à ce chiffre.
 
 
 
 

Londres, 4 janvier 2016

 

 

 

 

Nous partons pour une longue marche à travers le quartier dans lequel a grandi Zadie Smith. Cette jeune auteur d’origine caribéenne a écrit un roman, Ceux du Nord-Ouest, dont une partie va nous nous servir de prétexte, ou plus précisément de fil pour notre spectacle. Vers la fin de son livre, deux personnages se retrouvent et partent pour une errance improbable à travers la ville. Leurs vies ayant emprunté des voies bien différentes, ils ne s’étaient guère revus depuis leur adolescence et ces retrouvailles prennent des allures de bilan de leurs existences respectives.

 

 

 

 

 

 

IMG_5412

 

 

 

 

 

 

IMG_5426

 

 

 

 

 

 

IMG_5453

 

 

 

 

 

 

IMG_5494

 

 

 

 

 

 

IMG_5500

 

 

 

 

 

 

IMG_5527

 

 

 

 

 

 

IMG_5530

 

 

 

 

 

 

IMG_5622

 

 

 

 

 

 

IMG_5635

 

 

 

 

 

 

 


 

 

Londres, 5 janvier 2016

 

 

 

 

Notre ami Philippe nous présente Sebastian, Londonien de souche parti vivre depuis peu en Espagne avec sa famille pour échapper au stress de la ville. Au détour de la conversation, Sebastian nous apprend qu’il  a un frère, Richard, qui vit aux abords de la Trellick Tower. D’après ce que nous comprenons, Richard est un marginal, qui vit de l’aide sociale et se fait quelques sous en vendant ses dessins et ses peintures sur les trottoirs de son quartier. Difficile de comprendre s’il habite un appartement ou s’il loge dans un foyer. Apparemment, il aurait quelques problèmes de drogue. Sebastian nous donne le numéro de Richard en nous disant, en voilà un qui s’y connaît en matière de dépossession !

 

 

 

 

 

IMG_5670

 

 

 

 

 

 

IMG_5672

 

 

 

 

 

 

IMG_5699

 

 

 

 

 

 

IMG_5969

 

 

 

 

 

Aujourd’hui, le ciel est particulièrement beau. On se croirait dans un tableau vivant peint par Turner. Cette beauté aussi doit faire partie du spectacle.

 

 

 

 

 

IMG_5883

 

 

 

 

 

 

IMG_5901

 

 

 

 

 

 

 


 

Sheffield, 7 janvier 2016

 

 

 

 

 

 

01.20

 

 

 

 

 

 


Manchester, 8 janvier 2016

 

 

 

 

Je visite le Musée des sciences et de l’industrie de Manchester pendant qu’Alexandre part faire des repérages. Il s’agit en fait d’une ancienne usine textile reconvertie en musée. Un certain nombre de machines sont restées en place et les employées du musée montrent leur fonctionnement. On est d’abord fasciné par l’ingéniosité de l’inventeur qui a créé les machines permettant de transformer le coton brut en un fil solide puis de le tisser. Mais dès qu’une machine est en route, le bruit se révèle assourdissant. On imagine mal le bruit engendré par l’ensemble des machines en fonctionnement. Les employées du musée nous montrent ainsi méthodiquement chaque étape du traitement du coton. Elles disent aussi les conditions de travail cauchemardesques des ouvriers : les navettes lancées à pleine vitesse qui s’échappaient des machines et atteignaient les ouvrières en plein visage ou dans la tempe. Rien non plus ne ralentissait les machines sous lesquelles des enfants de 5 ans devaient se glisser pour les nettoyer alors qu’elles étaient en fonctionnement et risquaient de les écraser ou d’emporter une main ou un bras… A tel point que pour être tranquilles en cas d’accident, les patrons préféraient employer des orphelins. Les journées de travail duraient 12 heures. La paie était médiocre, voire insuffisante. L’espérance de vie des ouvriers atteignait difficilement 27 ans. La main d’œuvre ne manquait pourtant pas.  Les ouvriers venaient des campagnes environnantes en grand nombre, surtout les années de mauvaise récolte.

 

Les conditions que décrivent les guides du musée ressemblent furieusement à de l’esclavage. Je sens leur colère, mais il y a une vraie ambiguité dans leur discours, qui en même temps que la condamnation, dénote aussi une certaine fierté, sans doute due au fait que la grandeur de Manchester s’est bâtie en grande partie sur l’industrie textile.

 

 

 

 

 

IMG_6099

 

 

 

 

 

 

IMG_6047

 

 

 

 

Les conditions de travail des ouvriers du textile se sont améliorées au fil du temps. La paie aussi. A telle enseigne qu'il est devenu plus rentable de transfomer le coton dans les pays du sous-continent indien où il est produit. Je doute que les conditions de travail y soient supportables et cette délocalisation a entraîné une forte crise économique à Manchester. L'industrie musicale, cependant a participé au renouveau de la ville.

 

C'est dans ce merveilleux magasin que nous achetons les 33 tours à partir desquels nous souhaitons construire la bande son du spectacle.

 

 

 

 


 

Genève, 16 décembre 2015

 

 

 

 

Nous sommes à la recherche d’un assistant en Angleterre. Quelqu'un qui pourrait nous mettre en contact avec les personnes que nous souhaitons interroger. Comme nous connaissons peu de monde à Londres, il n’est pas facile de trouver quelqu’un qui puisse accomplir cette tâche. Nous prenons contact avec Wolfie, le frère de notre ami Simon. Son aide semble d’autant plus précieuse qu’il est architecte, et vit dans la Balfron Tower, tour jumelle de la Trellick elle aussi dessinée par Ernö Goldfinger. Malheureusement, nous ne pourrons pas rencontrer Wolfie pendant notre séjour à Londres car il sera absent à ce moment-là. Il faudra attendre son retour en janvier.